Prévu pour ce mois de décembre 2019, le festival Kinois « Mwinda Na Molili » procède autrement pour sa 4ème édition.

Il vient de lancer un appel à candidature pour le Battle Hip Hop, un concours intercommunal de la ville province de Kinshasa à l’intention de ces artistes pratiquant le Rap, le Slam ou encore le Rnb.

L’appel en question lancé du 05 au 20 septembre en cours, consiste à composer une chanson d’une minute sur le thème « éducation aux droits de l’homme » et l’envoyer en une vidéo d’au moins 10 mégas via le numéro whatsapp 089 555 4076 accompagnée de sa photo, de son nom et de l’adresse.

Pour ce faire, seront sélectionnés 24 rappeurs en raison d’un représentant par commune. Et ces derniers seront alors regroupés en 4 collectifs marquant les 4 districts de la ville capitale ; doù, il y aura un spectacle de danse monté par district.

Il faut le souligner que lors de ces ateliers de création, ces 4 collectifs bénéficieront de l’accompagnement et de la direction artistique des labels partenaires du Festival.

Ces ateliers ayant comme objectifs la réorientation socioprofessionnelle, le renforcement de liens sociaux et l’initiation des projets de développement, ont pour finalité de réussir le montage de quatre spectacles avec ces rappeurs de 4 districts à savoir Lukunga, Funa, Moamba et Tshangu. Ces derniers, a-t-on appris, seront ensuite confrontés au public du festival.

La participation à un atelier de création collective sur l’amélioration des textes et prestation artistique et aussi l’aide à la diffusion des documents de promotion et organisation de tournées pour la période d’une année, sont les deux grands prix à gagner pour ce concours de Battle Hip Hop où les candidatures féminines sont largement encouragées.

De « Mwinda Na Molili » organisé depuis 4 ans maintenant par le collectif d’artistes pour le management et la production des évènements culturels, « Malafiarts production », l’on peut comprendre qu’il s’agit d’un festival des familles de Kinshasa qui entend promouvoir l’éducation des jeunes en milieux périurbains et cela à travers les arts.

« C’est un évènement qui contribue à la décentralisation culturelle et qui touche un public fidèle. Ce festival a pour objectif de permettre aux jeunes artistes et opérateurs culturels de devenir non seulement acteurs mais aussi auteurs de développement des formes de vies démocratiques et participatives » a expliqué Malafi Niamba Caillera, l’organisateur et initiateur de cette activité.

Blaise Puala

Partager l'article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here