L’artiste ne meurt jamais dit-on, c’est le jeudi 26 septembre 2019 qu’est intervenue cette cérémonie d’honneur en mémoire de la styliste Galilée Kielukusu Gagalux, qui fut une artiste pluridisciplinaire a-t-on appris des témoignages.

Aux alentours de 11h, l’on pouvait déjà remarquer la présence des acteurs de la mode membres du J 27, un collectif des créateurs et acteurs de la mode de la ville métropolitaine.

Dans la foulée, la styliste Moseka,  Félicité Luwungu, Mamie Ludevo, Nanacoeur, Lydia Sembay, Louison Mbeya, Cherry Esam … et tant d’autres invités entre autres Decris Business, Marie Françoise de Congo, le comédien Oxygène également de la famille biologique de la défunte bonnement représentée.

En termes de reconnaissance au maître des temps et des circonstances, après une brève prière, le représentant du collectif J 27 a circonscrit le cadre et également élucidé l’opinion quant à ce.

Ce dernier n’a pas manqué de souligner que Galilée était parti trop tôt également trop jeune. Qu’elle était partie avant son heure, qu’elle était tout simplement partie. Et face à toutes ses questions qui se pose pour savoir pourquoi ceci pourquoi cela, que Dieu seul qui connait le secret du mystère de la mort, l’accueil à ses côtés.

Très touché par ce geste, Marie Françoise de Congo Fashion week a pour sa part révélé à l’assistance qu’elle a rencontré Galilée pour une première fois avec une passion qui illuminait son regard jusqu’à ce qu’elle a réalisé son rêve d’avoir son tout premier chaud à Congo Fashion week en 2016. « Sa collection et toutes les commandes qui se sont suivies proprement pour moi et pour la plateforme. Et ce que je peux dire d’elle ce que Galilée c’est un épitomé de persévérance, c’est un symbole de courage, c’est un symbole d’inspiration et aujourd’hui on peut voir qu’avec les aspirations rien ne peut nous arrêter.

En mémoire de Galilée, elle a demandé à toutes les jeunes personnes de s’inspire de Galilée que rien n’a pu arrêter parce que rien a arrêter, ni la peine, ni le moment difficile qu’elle a traversé, ni la maladie. « Rien n’a arrêté son inspiration. Rien à arrêté sa passion, rien à arrêté son amour pour ce qu’elle faisait …. »

Christelle Vuanga, l’élue de la Funa qui fut également une des amies et collègue de Galilée puisqu’ayant évolué un certain moment dans le mannequinat, s’est dit combien touché par la mort de cette artiste très motivée et perspicace.

Elle a profité de son intervention pour exhorter la famille, les collègues, amis et connaissances de Galilée en disant que ce qui compte dans la vie ce ne sont pas les nombres d’années qu’on a vécu mais plutôt ce que l’on a fait de ces années de vie.

Et cela tout en s’appuyant sur la pensée d’un sage africain qui soutenait que le jour où tu venu au monde, c’était tout en pleurant alors que tout autour de toi on fêtait ton arrivée.

Et durant toute ta vie, fait en sorte que, le jour où tu partiras, toi-même part heureux et que tout autour de toi les gens pleurent. Et cela n’est que synonyme de la vie, de l’amour que l’on donne aux autres, de l’amour que Galilée a donné à travers son métier, à travers son art. Que dire lorsque le ciel a décidé de rappeler une étoile qui brille sur terre…

La famille de la défunte artiste n’a pas manqué de mot. Epris des éloges jetés à celle qui fut le fruit de ses entrailles, le papa de la disparue a fait économie des mots pour remercier le J 27 également l’assistance pour cet accompagnement dont il n’a cessé de faire montre depuis le drame.

Il a par l’occasion annoncé l’engagement de la famille de concrétiser cette immortalité en mettant sur pied un fond Gagalux qui aura comme objectif de reconnaitre les jeunes talents de moins de 26 puisque Galilée en trois ans a pu faire ce qu’elle a fait et a convaincu les grandes personnalités. « Dieu voulant, en 2023 nous allons organiser, ici même en ce lieu, la première édition pour reconnaitre les jeunes talents de moins de 26 ans qui vont justement poursuivre le combat de Galilée sous le label de Gagalux. Galilée, a-t-on appris de la famille, le chiffre 9, 6, 8, et 3 l’on poursuivi toute sa vie. Ces sont des chiffres de créativité de courage et d’abnégation.

La famille a donc pris rendez-vous avec tout ceux qui veulent se joindre à eux pour qu’en 2023, ils puissent aligner et fair défiler les meilleurs artistes dans le monde du vêtement.

Avant d’en arriver au moment crucial de la dite journée, le président de J 27 a au nom de ce regroupement des acteurs de la mode, décerné un diplôme de mérite à titre posthume à Galilée pour ainsi encourager les jeunes talents.

Un exercice qui a donné place au vif du sujet à savoir la pose de plaque de la disparue Galilée Kielukusu Gagalux sur cette place des artistes.

Pour ainsi dire Galilée de Gagalux ne finira pas. Elle va exister de part ses œuvres et à chaque fois que les gens passerons sur la place victoire et verront son nom sur cette plaque, ils se rappeleront toujours de ce qu’elle a été et de ce qu’elle a fait.

La cérémonie s’est clôturée par le recueillement de tous devant ce monument historique de la place des artistes où est gravé les grands noms de l’histoire des arts de ce pays de Lumumba.

Blaise Puala

Partager l'article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here