La dépouille mortelle de l’artiste musicien-compositeur, le poète Lutumba Simaro a été rapatriée dans la soirée de ce mardi 30 avril à Kinshasa, cette ville métropolitaine où le poète a toujours vécu.

Aussitôt qu’on l’a sorti de l’avion, le corps a été aspergé, en signe de bénédiction, par Monsieur l’abbé Jean-Marie Konde, aumônier catholique de la culture et des arts.

De l’aéroport international de N’djili, le cortège funèbre avait fait une petite escale sur le Boulevard Triomphal où l’illustre disparu avait été accueilli par un petit moment d’exécution de ses chansons par l’artiste musicien Werrason et les autres.

« L’on a voulu respecter sa parole. Lui-même l’artiste de son vivant, avait dit, le jour où il mourrait, que l’on ne se tracasse pas et qu’on puisse le pleurer en jouant ses chansons… Voilà, c’est ça. Et Werrason a exécuté cette parole… », a témoigné Paulin Mukendi, chroniqueur musical et coordonnateur des obsèques du poète.

Sur place, la Ministre de la Culture et des Arts, Astrid Madiya a profité de l’occasion pour remercier les artistes pour l’accueil réservé à Simaro, avant d’inviter tout le monde à rendre des hommages dignes de ce nom à celui qui fût le poète de la rumba congolaise.

Après cette petite cérémonie funéraire, la dépouille mortelle a été acheminée à la morgue de l’hôpital du cinquantenaire.

Par ailleurs, le programme des obsèques publié renseigne que le corps sera exposé au palais du peuple le vendredi 03 mai et l’enterrement interviendra le dimanche 05 du même mois à la Nécropole Entre Terre et Ciel.

Fabrice Lukamba

Partager l'article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here