Le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed pour son action en faveur du rapprochement de son pays avec l’Erythrée ne cesse de susciter des réactions à travers le monde. Plus d’un des grandes figures saluent tout simplement ce récompense attribuée à un homme de courage.

Antonio Guterres, le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies se réjouit de ce prix Nobel attribué à l’Éthiopie à travers son premier ministre.

« J’ai souvent dit que des vents d’espoir soufflent toujours plus fort en Afrique. Le Premier ministre Abiy Ahmed en est une des causes principales ».

Son leadership, a-t-il souligné, a fourni un formidable exemple aux pays d’Afrique et d’ailleurs qui cherchent à surmonter les résistances du passé et à faire passer l’intérêt de la population en premier.

Pour Federica Mogherini, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, il s’agit d’un acte de bravoure malgré le long processus.

Ce Nobel « est une reconnaissance d’un homme de courage et d’une génération d’Africains travaillant en faveur du changement et de la réconciliation ».

M. Ahmed « a prouvé que même si le chemin vers la réconciliation peut être long et difficile, la paix est toujours possible, même après des décennies de conflit.

Et l’Union Européenne continuera à soutenir l’Ethiopie et toute la Corne de l’Afrique sur sa route vers la paix.

Le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, à personnellement rendu hommage aux efforts historiques d’Abiy Ahmed afin de construire la paix. Chose qui, selon lui, a donné de l’espoir au monde à un moment où il a plus que jamais besoin de leaders à son service.

Et de son côté, l’Ambassade des Etats-Unis en Ethiopie ne s’est pas tu face à cet événement universel.

Dans un communiqué officiel, elle salue les « efforts extraordinaires d’Abiy Ahmed pour avoir rétabli les relations avec l’Erythrée » et réussi l’ouverture de l’espace politique, le renforcement de la liberté de la presse, la libération de prisonniers politiques et son travail pour transformer l’économie éthiopienne.

De ce fait, souligne cette note officielle, Les Etats-Unis restent pleinement engagés à soutenir le peuple et le gouvernement éthiopiens qui construisent leur avenir démocratique et prospère ».

Pour le président kenyan, Uhuru Kenyatta,
Abiy Ahmed est un champion implacable de la paix, la stabilité et la prospérité de son pays, de sa région et de tout le continent africain.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, n’a pas échappé au filet de ce recoupement. Il est estimé que « Ce prix met en lumière les efforts sans relâche de notre continent pour la paix et la stabilité. Nous rendons hommage aux gouvernements et aux peuple d’Ethiopie et d’Erythrée pour avoir rendu possible cette réussite (leur rapprochement) et ouvrir de nouvelles possibilité de coopération, d’intégration et de développement (…) pour tout le continent ».

Pour Shinzo Abe, le premier ministre japonais,
« Depuis que le Premier ministre Abiy est au pouvoir, j’ai été profondément impressionné par son leadership remarquable et ses efforts pour le rétablissement des relations diplomatiques avec l’Erythrée après 20 ans de rupture, ainsi que dans la médiation du processus de paix au Soudan du sud et ses réformes en Ethiopie » même.

 La chancelière allemande, Angela Merkel, soutient que Abiy Ahmed a fait preuve d’un grand courage pour faire le premier pas vers la réconciliation avec son voisin, l’Érythrée, donnant ainsi à des millions de personnes la possibilité de vivre en paix.

« Votre engagement inlassable en faveur de la paix dans la région est également exemplaire (…) L’Éthiopie et les pays voisins peuvent continuer à compter sur le soutien de l’Allemagne pour que la paix et une prospérité durables puissent se poursuivre ».

Pour le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ce prix témoigne de son engagement sans faille pour la liberté et le pluralisme en Éthiopie et en faveur de la paix dans la Corne de l’Afrique.

La dynamique de paix qu’il a engagée a permis d’ouvrir un processus de libéralisation et de démocratisation sans précédent en Éthiopie et une réconciliation historique avec l’Érythrée à l’été 2018.

C’est aussi grâce à son engagement aux côtés de la médiation de l’Union africaine que la signature d’un accord sur la transition au Soudan a été possible en août dernier ».

« La France soutient la politique de réformes d’Abiy Ahmed et son engagement en faveur de la paix, porteurs d’un élan positif pour tout le continent africain » a-t-il soutenu.

Ciel Bleu Actu

Partager l'article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here