Recevant des appels de manace, l’artiste musicien Fally Ipupa se déchaîne contre les combattants de la diaspora congolaise qui lui promettent de saboter son concert prévu le 28 février prochain à Bercy, en France. Il soutient que ces derniers se font de l’argent sur la situation de Benî qu’ils mettent en avant plan pour justifier l’injustifiable.

Lors de sa sortie médiatique le week-end dernier, l’artiste a qualifié le Congolais d’ennemi de son propre frère, ce au regard de messages de menace qu’il reçoit par rapport à son concert.

« Céder aux caprices de certaines personnes qui refusent le concert des artistes congolais en Europe sans raison valable, c’est offrir un chèque en blanc à la musique ouest-africaine de continuer à marcher sur la musique congolaise », a-t-il déclaré, avant de dire que, d’ailleurs, certains combattants aimeraient que les massacres dans ville de BENI ne finissent pas, car ils en tirent profit en vendant les images et vidéos ici et là.

« La plupart de ces combattants trouvent un moyen de se taper de l’argent et devenir le chouchou des femmes en tournant des vidéos sur la situation de Beni (…) », a lâché Fally Ipupa.

Et d’ajouter : « Mais, moi, j’ai fait plus de deux concerts à l’Est du pays et j’ai fait un don d’une ambulance à un hôpital de la place (…) ».

C’est depuis Joseph Kabila que la plupart des artistes musiciens congolais ne se produisent plus en Europe. Les combattants les accusaient de soutenir l’ancien régime. Héritier Watanabe qui avait tenté de jouer à Paris l’année passée, avait vu les combattants saboter son concert.

Mais jusqu’à preuve du contraire, Fally Ipupa qui déjà sur place avec toute son équipe musicale, maintient toujours son concert malgré les manaces qu’il reçoit.

Fabrice Lukamba

Partager l'article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here