Les cordonniers de la RDC se disent être oubliés par le gouvernement

    0
    842

    Chaque jour qui passe, la cordonnerie semble être reléguée au dernier plan dans toute la République Démocratique du Congo.

    Les artistes évoluant dans ce secteur se sentent de moins en moins intéressés par le gouvernement congolais, qui pourtant, n’affecte et n’alloue des fonds qu’à d’autres types des domaines.

    Cordonnier de son état, Richard Asani exerce cette activité depuis une quinzaine d’années et parle d’énormes difficultés auxquelles ils se trouvent être confrontés.

    Richard Assani exerçant son métier de cordonnier

    «Le manque de matériels sophistiqués et d’aides financières, etc., ne nous rendent pas en tout cas le travail aisé…», a-t-il déploré.

    «Alors que ce savoir-faire local, nos productions, font aussi la fierté du pays (…) !”, a expliqué l’artisan, ajoutant : «ailleurs, nos collègues sont mis en valeur et pris en charge par les gouvernements de leurs pays».

    Dans son atelier situé sur l’avenue Ngangwele, dans la commune de Kimbanseke, Asani fabrique de belles chaussures et nombreux autres objets en cuir, qui attirent parfois la convoitise d’expatriés.

    «Il y a quelques années passées, nous fabriquions des articles sur commande pour l’étranger», a-t-il dit.

    Réunir les cordonniers en une corporation et les équiper, est le vœu exprimé par certains observateurs, qui estiment que ce serait une bonne politique que l’état congolais aurait mise en place, de manière à encadrer et pérenniser l’existence de ces talents et ainsi faire en sorte que le savoir-faire local soit promu.

    Fabrice Lukamba

    Partager l'article.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here